Le respect de votre vie privée est notre priorité

« Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, proposer des fonctionnalités de médias sociaux et analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l'analyse. Si vous souhaitez modifier vos paramètres de cookies, veuillez consulter les sections « De quels droits disposez-vous pour la protection de vos données personnelles ? » et « Comment paramétrer les cookies ? » de nos mentions légales www.vitrage-fenetre.com. Sinon, si vous acceptez notre utilisation des cookies, veuillez continuer à utiliser notre site Web. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales www.vitrage-fenetre.com.

Saint-Gobain, 350 ans de prestige et d’innovation

En 2015, Saint-Gobain fête ses 350 ans d’existence ! L’occasion de revenir sur l’histoire riche et passionnante de cette manufacture, devenue un groupe d’envergure internationale.

> 1665 : la Manufacture Royale des Glaces

C’est sous le règne de Louis XIV que l’actuelle Saint-Gobain Glass voit le jour, au XVIIème siècle. Le ministre de l’époque, Colbert, souhaitait concurrencer activement la suprématie de Venise sur le marché des glaces de miroirs. La Manufacture est donc créée, et bénéficiera de divers avantages fiscaux et commerciaux pour déployer son activité. En 1684, elle réalise sa première commande de prestige, en réalisant les 357 miroirs de la Galerie des Glaces du château de Versailles.

> Années 1700 : la conquête du marché européen

La Manufacture Royale des Glaces prend de l’ampleur, en développant notamment un procédé novateur : la coulée en table des grandes glaces. Une innovation qui concurrence sérieusement le procédé vénitien de soufflage à la bouche. Le marché du bâtiment et du second œuvre s’enflamme pour cette solution, et la Manufacture exporte alors ses produits en Europe. Son chiffre d’affaire quadruple entre 1720 et 1786 !

> 1789 : une mutation s’impose

La Révolution française, et donc la chute de l’Ancien Régime, impose de nouvelles exigences à la Manufacture, qui perd ses confortables privilèges. Par ailleurs, la concurrence étrangère, anglaise et belge notamment, gagne du terrain. Le procédé de la coulée en table est, en effet, désormais banalisé. En 1830, elle devient une entreprise à part entière avec le statut de SA (Société Anonyme) et se lance dans une modernisation accrue de ses usines.

> 1806 : la chimie entre dans l’aventure

La Manufacture organise, dès 1806, une filière de fabrication du carbonate de soude, essentiel à la production verrière. De 1820 à 1835, elle mettra tous les moyens nécessaires à la création et au développement de la Soudière de Chauny.

> 1856 : l’âge d’or des glaces

De 1850 à 1870, la production mondiale de glaces croît à un rythme annuel moyen de près de 9%. La Manufacture profite de cet essor et œuvre à la mise en place d’une stratégie commerciale efficace, lui permettant de challenger ses concurrents étrangers. En 1858, elle fusionne avec Saint-Quirin et devient la célèbre « Manufacture des Glaces et produits chimiques de Saint-Gobain, Chauny et Cirey ». Par ailleurs, en 1872, Saint-Gobain détient 37% des capacités de la chimie minérale française.

> Début 1900 : des produits innovants

La première moitié du XXe siècle voit l’apparition de nouveaux produits et de nouveaux marchés : procédés de fabrication du verre plat en continu, trempe du verre (1929), marché automobile (années 1930), réfractaires électrofondus, laine et fil de verre. Au cours de l’entre-deux guerres, le groupe Saint-Gobain se diversifie dans les secteurs de l’azote, du pétrole et de la filière Papier-Bois.

> 1970 : une fusion porteuse d’avenir

Au début des années soixante, le groupe Saint-Gobain présente une forte croissance, mais doit s’adapter à de profondes mutations de la société et des réalités économiques. Pour réussir son virage face à une concurrence désormais mondiale, il fusionne en 1970 avec l’entreprise de fonderie Pont-à-Mousson, qui connaît elle aussi une belle croissance. Jusqu’en 1982, cette nouvelle entité se consacrera surtout à faire face aux crises économiques mondiales qui suivent les deux chocs pétroliers.

> Années 1980 : la parenthèse de la nationalisation

Entre 1982 et 1986, le groupe Saint-Gobain est nationalisé par les pouvoirs publics en place. Cette période offre l’occasion d’expérimenter de nouvelles stratégies vers différents secteurs, mais qui ne s’avéreront pas fructueuses. A nouveau privatisée en 1986, l’entreprise va tirer les leçons de ses différentes expériences et engager une profonde mutation.

> De 1986 à aujourd’hui : une stratégie en deux temps forts

Saint-Gobain envisage tout d’abord une réorientation vers les matériaux à fort contenu technologique. Et ce, pour chacune de ses activités, y compris et surtout le verre. Le rachat de plusieurs entités permet la création d’un pôle de Matériaux Haute Performance.
Le groupe se lance également dans la Distribution Bâtiment et la plaque de plâtre, toujours via le rachat de sociétés. Des produits qui viennent compléter les gammes de matériaux de construction issues de Saint-Gobain (isolation, solutions extérieures pour la maison) et de Pont-à-Mousson (canalisations et équipements pour le marché de l’eau).

 

Saint-Gobain Glass est donc le cœur historique du groupe Saint-Gobain. Elle est, aujourd’hui, n°1 en Europe sur son marché. Une place qu’elle conforte par une politique d’innovation très efficace.